Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:12

 

 

 

 

Je profite de quelques heures avant le retour sur Paris pour visiter un peu mieux Lisbonne.

Sur le pont du 25 avril.

 

1-IMG 0456

 

 

Au sommet de Alfama, trône le Castelo de Sao Jorge, c'est un château médiéval, il fut la résidence royale jusqu'au XVIe siècle. Dans le contexte de la Reconquista chrétienne de la péninsule ibérique, les forces d'Alphonse 1er de Portugal (1112-1185), avec l'aide de  croisés normands, flamands, allemands et anglais qui se dirigeaient vers la Terre Sainte,  investirent cette fortification musulmane qui capitula après un dur siège de près de trois mois (1147). Selon la légende, le cavalier Martim Moniz, qui s'est illustré durant le siège, apercevant une des portes du château entr'ouverte, sacrifia sa propre vie en s'interposant dans l'ouverture, empêchant la fermeture et permettant l'accès et la victoire de ses compagnons. En signe de gratitude, le château, devenu chrétien, fut placé sous la protection du martyr Georges de Lydda (Saint-Georges, ou São Jorge en portugais), à qui beaucoup de croisés vouaient un culte.

 

 

 

1-IMG 0510

 

 

1-IMG 0535

 

  J'ai la surprise de voir un petit perroquet vert dans un arbre.

 

1-IMG 0493-001

 

De l'esplanade du château vue sur le pont du 25 avril et la place du Commerce que je visiterai plus tard. Elle se trouve au bord du Tage sur la gauche.

 

1-IMG 0531

 

Zoom sur la place du Commerce.

 

 

1-IMG 0500

 

Au milieu en gris, l'"elevador de Santa Justa", un ascenseur public de 45 mètres de haut qui emmène les habitants de la rue basse vers la rue Do Carmo, plus élevée. Ce magnifique ascenseur tout en fer forgé a été construit par un disciple de Gustave Eiffel. il connecte les quartiers de Baixa, la ville d´en bas avec Bairro Alto, les quartiers hauts. L´elevador a ouvert en 1902, il marchait alors à la vapeur. Puis cinq ans plus tard il se convertit à l´électricité. C´est le seul ascenseur vertical de Lisbonne qui soit ainsi ouvert au public en plein air.


1-IMG 0502

 

Dans le musée du château des superbes azulejos.

 

1-IMG 0567

 

 

1-IMG 0570

 

Dans les pentes d'Alfama, il y a des miradors  (miradouro) d'où l'on peut voir la ville et ses monuments. Vue sur le château St Georges où j'étais tout à l'heure.

 

 

1-IMG 0595

 

Sur la place Martim Moniz, le héros du siège du château,  je fais la queue pour prendre le célèbre tramway N°28.

 

1-IMG 0600

 

Une jolie conductrice.

 

1-IMG 0619

 

 

1-IMG 0626

 

 

 

1-IMG 0740

 

Dernier repas typique portugais, morue  "of course" !!  

 

1-IMG 0694

 

La Praça do Comércio (place du Commerce) est une célèbre place du quartier de Baixa "ville basse".  Cette place accueille le palais Royal pendant quatre siècles d'où le nom sous lequel on la désigne encore Terreiro do Paço (terrasse du palais). C'est en 1511 que Manuel 1er  abandonne le Castelo de Sao Jorge pour s'installer sur la rive du Tage.

L'ancienne place du palais n'échappe pas à la reconstruction après le tremblement de terre de 1755 qui détruit le palais. De nouveaux bâtiments ornés d'arcades sont construits par Eugénio dos Santos et Carlos Mardel, délimitant une large place de 180 mètres sur 200. Sur la place se trouve le Martinho da Arcada, le plus vieux café de la ville. 

 

 

1-IMG 0756

 

Sur la partie nord de la place on trouve toujours un majestueux arc de triomphe qui date du XIXème siècle, et ouvre la voie vers la Rúa Augusta, l´une des plus grandes rues commerçantes de la ville, totalement piétonne et très agréable. L´arc a des statues de personnages historiques, comme le grand Vasco de Gama, qui a aidé a étendre les colonies portugaises, ou le marquis de Pombal, qui a participé a la reconstruction de la ville après le tremblement de terre.

 

 

1-IMG 0750

 

Au centre trône la statue équestre de Joseph 1er de  Portugal.     

 

1-IMG 0761

 

Avant, c´est par là qu´entraient et sortaient toutes les marchandises des bateaux qui venaient du Brésil et des autres colonies portugaises.

 

1-IMG 0755

 

Il y a toujours les marches de marbre qui mènent au Tage depuis la place du Commerce.

 

1-IMG 0757

 

Rúa Augusta, au fond la place du Commerce.  

 

1-IMG 0776

 

Retour vers la France.   

 

1-IMG 0811

 

Au-dessus de Paris avant l'atterrissage à Orly.

 

1-IMG 0839

 

 

Dernière photo de Plomo pendant son voyage au Portugal !!  

 

1-1-IMG 0751-001

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 22:46

 

 

 

 

 

Le Palais Royal de  Sintra et ses deux cheminées coniques blanches hautes de 33 mètres. Très probablement élevé sur les fondations de la résidence des walis (gouverneurs)  musulmans, il fut le palais des rois portugais dès l'époque de la reconquête chrétienne. C'est cependant à Don Joao (1356-1433) et à Manuel 1er (1469-1521) que l'on doit les grands travaux qui ont donné au palais l'aspect général qu'il présente aujourd'hui. Ebranlé par le grand tremblement de terre de 1755, il fut aussitôt reconstruit  "à l'ancienne".

 

1-IMG 0869

 

Au sommet d'un massif rocheux, en face du palais, le château des Maures.

 

1-IMG 0010

 

La vasque de la fontaine au pied de l'escalier.

 

1-IMG 0011

 

 

 

1-IMG 0041

 

 

 

1-IMG 0019

 

 

 

 

1-IMG 0017

 

Le plafond de la salle des cygnes.

 

1-IMG 0026

 

 

 

 

 

1-IMG 0030

 

 

 

 

1-IMG 0033

 

Le plafond de la salle des galions, à cette époque, le Portugal dominait les mers.

1-IMG 0083

 

La Salle des Blasons, garni de meubles, de statues et de peintures portugaises, c'est la salle héraldique la plus importante du monde. À la clé de la coupole, les armes royales de

D. Manuel I entourées de celles de ses huit fils, elles-mêmes entourées de soixante-douze blasons de la plus haute noblesse de l'époque.

 

1-IMG 0108

 

 

1-IMG 0118

 

La table, de dimension exceptionnelle, est, comme les chaises, l’œuvre de menuisiers portugais du XVIIIème siècle. Les murs sont revêtus d'un bel ensemble d'azulejos du XVIIIème siècle figurant des scènes de chasse et de divertissement sur des fonds architecturaux.

 

1-IMG 0119

 

 

 

1-IMG 0121

 

Porte de style manuelin.

 

1-IMG 0163

 

 

1-IMG 0164

 

  Dans une rue de Sintra.

 

1-IMG 0196

 

  La plage de Praia Grande non loin de Sintra.

 

1-IMG 0250

 

 

 

1-IMG 0253

 

  Magnifiques camaïeux de bleus.

 

 

1-IMG 0255

 

 

  "Cabo da Roca",  le cap de Roca est le point le plus occidental du continent européen, le plus proche du continent américain. Ses falaises s'élèvent à environ 140 mètres au-dessous de l'océan Atlantique. 

Citation du poète Luis de Camoes (c 1525-1580) décrivant le cap dans les Luisades comme

                                             "L'endroit où la terre s'arrête et où la mer commence".

 

1-IMG 0293

 

 

1-IMG 0288

 

 

1-IMG 0301

 

Le phare du Cap.

 

1-IMG 0308

 

La "bouche de l'enfer", "boca do inferno", sur la route de Cascais.

 

1-IMG 0369

 

  Palmiers à Cascais.

 

1-IMG 0380

 

Sur le port la statue du roi Carlos 1er,  celui qui fut assassiné le 1er février 1908.

 

1-IMG 0381

 

Dans le port.

 

1-IMG 0393

 

Ces sortes d'amphores servent à attraper les poulpes.

 

1-IMG 0393-001

 

 Lisbonne, sur le pont du 25 avril, vue sur l'embouchure du Tage, au loin les monuments des découvreurs et la tour de Bélem.

 

1-IMG 0437

 

 

 

 

1-IMG 0437-001


Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 22:09

 

 

 

 

 

Obidos, village médiéval aux ruelles magnifiquement fleuries.

 

1-IMG 9509

 

 

1-IMG 9569

 

Plomo déguste la spécialité locale, une liqueur à la cerise  dans une petite tasse en chocolat.

 

1-IMG 9528

 

 

A lisbonne visite du musée national des Carrosses (Museu Nacional dos Coches ou MNC) qui se situe dans le quartier de Belém, à l'emplacement de l'ancien manège du palais royal - construit par l'architecte italien Giacomo Azzolini, en 1726 - où évoluaient les chevaux royaux.
Inauguré en 1904 par Dona Amália (épouse du roi Carlos), ce musée renferme une importante collection d'hippomobiles d'origine portugaise, italienne, française, autrichienne et espagnole.


1-IMG 9646

 

Détail du carrosse de l'ambassade au Pape (1716),  sa thématique est la rencontre de l'océan Atlantique et de l'océan Indien.

 

1-IMG 9642

 

Je ne savais pas que le roi Carlos et son fils ainé avaient été assassinés le 1er février 1908. On peut voir leur carrosse et  les impacts de balles. 

 

1-IMG 9688

 

  La reine essaye de défendre ses fils.

 

1-IMG 9692

 

 

1-IMG 9694

 

                                        Le Petit Journal illustré du 16 Février 1908 :

L'assassinat du roi de Portugal et du prince héritier a causé, dans toute l' Europe, une émotion profonde et soulevé l'indignation du monde civilisé.
C'est au retour d' une fête à Villaviçosa que le souverain et son fils ont été frappés. La voiture royale, dans laquelle se trouvaient le roi, la reine et leurs deux fils : le prince héritier et l'infant Manuel, débouchait de la place du Commerce dans la rue de l'Arsenal quand, soudain, un homme se précipita sur la voiture, s'y cramponna et déchargea son revolver sur le roi qui, blessé à mort, s' affaissa aussitôt.
La reine, au premier coup de feu, s'était levée, tenant encore le bouquet que des jeunes filles de Lisbonne venaient de lui offrir à la gare, et, dans un geste sublime de dévouement maternel, elle essayait de couvrir de son corps ses deux enfants.
Mais, en même temps, un second assassin, tirant une carabine de dessous une longue cape dont il était revêtu, ajustait le prince royal et l'atteignait de deux coups de feu.
D'autres régicides tiraient à leur tour. Une balle blessait au bras l'infant Manuel. Seule, la reine, par miracle, échappait à cet horrible massacre.
Au bruit de la fusillade, des agents de police, des soldats accoururent. Un officier tua, d' un coup de revolver, l'un des régicides ; deux autres furent abattus par les agents.
Le cocher, épouvanté, avait enlevé ses chevaux ; l'équipage s' engouffra sous la voûte de l'arsenal, à quelques mètres de là. Quand il y arriva, le roi était mort; le prince royal agonisait.
Le roi Carlos n'avait pas quarante-cinq ans. C'était un ami de notre pays et un familier de notre capitale. Artiste peintre de valeur, il avait exposé plusieurs fois des toiles remarquables à nos salons des Beaux-Arts. Mais la science le passionnait autant que l'art, et l'on a rappelé justement que, lors de son dernier voyage officiel à Paris, il avait
voulu assister, au Muséum, à une solennité au cours de laquelle nos savants les plus illustres exposèrent devant lui le dernier état, de leurs recherches.
Son fils aîné, l'infant Louis-Philippe, assassiné avec lui, n'avait que vingt et un ans.
Enfin, son second fils, devenu le roi Manuel II, n'est âgé que de dix-huit ans. Il aura connu de bonne heure les lourdes responsabilités et les graves soucis du pouvoir.
 

 

 

1-Assassinat roi du Portugal

 

Le 1er novembre 1755 au matin, la terre trembla. C'était la première de trois secousses (amplitude 9 sur l'échelle Ritchter) d'un séisme qui allait dévaster Lisbonne et une grande partie du Portugal. Le tremblement de terre, qui dura environ 5 minutes, fut suivi de nombreux incendies et d'un raz de marée dont les vagues atteignirent 20 mètres de hauteur. Des milliers de maisons furent détruites et l'on estime que les victimes furent au nombre de 90.000. C'était le jour de la Toussaint, de nombreuses personnes moururent dans l'effondrement des églises.

Visite de l'église Saint-Roch (en portugais Igreja de Sao Roque) qui est une importante église baroque se trouvant dans le "Bairro Alto", Elle est restée debout après le tremblement de terre, le toit seul a été reconstruit. 

 

 

1-IMG 9747

 

 

1-IMG 9750

 

Les tramways typiques de Lisbonne.

 

1-IMG 9806

 

Au loin le pont du 25-avril, le pont a été inauguré le 6 août 1966. Il est nommé pont Salazar, homme fort du pays. Mais tout de suite après la révolution des oeillets en avril 1974 qui a entraîné la chute de la dictature salazariste qui dominait le Portugal depuis 1933, on le renomme pont du 25-avril, jour de la révolution.  

Sur la gauche le "Padrao dos Descobrimentos"  (en français : le "Monument aux Découvertes") est un monument érigé dans le quartier de Belém. Il a été construit en 1960 pour fêter le 500ème anniversaire de la mort d'Henri le Navigateur.

 

 

1-IMG 9849

 

Le monument a la forme d'une caravelle. Henri le Navigateur se tient à la proue, une caravelle entre les mains. Deux files descendantes, de chaque côté du monument, rassemblent les statues des figures portugaises liées aux Grandes Découvertes. Les Lisboètes les moins friands de l'esthétique salazariste surnomment ironiquement ce monument "Poussez pas derrière !".  

 

1-IMG 9858

 

Sur le même quai, la tour de Belém, un des symboles du Portugal,  a été construite sur les bords du Tage entre 1515 et 1521 par le roi Manuel 1er de Portugal pour garder l'entrée du port de Lisbonne. Elle évoque l'Afrique avec ses terrasses, ses balcons et ses échauguettes mauresques, elle abritait les capitaines du port et a vu passer les caravelles en partance pour les côtes de Guinée.

 

 

1-IMG 9824-001

 

Au nord du monument des découvertes se trouve une rose des vents de 50 mètres de diamètre dessinée au sol. Elle montre les itinéraires pris par les navigateurs portugais aux XVe et XVIe siècle. Vus de haut les touristes paraissent minuscules. 

 

1-220px-Rosa-dos-ventos

 

1-IMG 9872

 

A l'intérieur de l'église du monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jerónimos)  du nom de saint Jérôme leur patron, est un monastère de style manuélin,  témoignage monumental de la richesse des découvertes portugaises à travers le monde.

Sur l'emplacement d'un ermitage fondé par Henri le Navigateur, le roi Manuel Ier entreprit en 1502, un peu après le retour de Vasco de Gama de son premier voyage en Inde, de bâtir un magnifique monastère destiné aux religieux de l'ordre des hiéronymites. Il a été en grande partie financé par les profits du commerce d'épices et aux richesses rapportées des grands voyages de découverte portugais du 16e siècle.

 

 

1-IMG 9903

 

Saint Jérôme est né vers 347 dans l'actuelle Croatie et est mort le 30 septembre 420 à Bethléem.  C'est un moine, traducteur de la Bible, docteur de l'Eglise, et l'un des quatre pères de l'Eglise latine.

Il aurait rencontré dans le désert un lion blessé par une épine dans la patte, et ce lion aurait laissé Jérôme le soigner. La légende poursuit en affirmant que le lion serait devenu l’animal de compagnie de Jérôme, ce qui a conduit à de nombreuses représentations de Jérôme en compagnie d’un lion. Jérôme est souvent dépeint comme âgé lors de sa présence au désert, alors qu'il avait entre 25 et 30 ans à cette période.


1-IMG 9915

 

Le tombeau de Vasco de Gama (né vers 1460 ou 1469 au Portugal - mort le 24 décembre 1524 à Cochin aux Indes) j'avais visité son premier tombeau en 2010 là-bas,  ce navigateur est traditionnellement considéré comme le premier Européen à arriver en 1498 aux Indes par voie maritime en contournant le cap de Bonne-Espérance. 

 

1-IMG 9929

 

La chapelle de Saint Antoine.  Fernando Martins de Bulhoes connu comme saint Antoine de Padoue ou saint Antoine de Lisbonne, né en 1195 à Lisbonne et décédé le 13 juin 1231 près de Padoue (Italie). 

 

 

1-IMG 9932

 

En fin de journée, surf sur la Costa de Caparica, station balnéaire au sud de Lisbonne. 

 

1-IMG 9977

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 22:03

Visites dans le centre du Portugal de Batalha, Nazaré et Alcobaça. 

 

 

 

 

 

 

 

 

1-IMG 7772-001

 

Le monastère de Batalha, "bataille en français", dont le nom officiel est "convento de Santa Maria da Vitoria", a été construit de 1385 à 1388. Le monastère a été édifié pour commémorer la victoire des Portugais sur les Castillans à la bataille d'Aljubarrota en 1385. Accueillant des moines dominicains, le monastère fut pendant deux siècles le grand chantier de la monarchie portugaise où se développa un style gothique national original. Le cloître royal est considéré comme un véritable chef-d'oeuvre de l'art manuélin. Ce nom vient du roi Manuel 1er dit Manuel le Fortuné. Le Portugal est alors la première puissance maritime du monde. Il se caractérise par une abondance de motifs décoratifs sur les édifices religieux et moniments de l'époque. Il constitue un mélange de style de l'époque, prenant ici au roman, là un peu de gothique, là des inspirations mauresques. C'est un mélange d'éléments liés aux découvertes et à la marine portugaise.   

 

1-IMG 9136

 

.

1-IMG 9137

 

.

1-IMG 9138

 

Je trouve très belle la fontaine du cloître.

 

1-IMG 9146

 

.

1-IMG 9148

 

Capelas Imperfeitas : Chapelles Imparfaites du Monastère

 Le roi Dom Duarte (Edouard) voulait en faire un Panthéon, une extension magnifique au déjà sublime monastère. Mais, comme on peut le voir, elles n’ont finalement jamais été finies.

 

1-IMG 9180

 

.

1-IMG 9181

 

  Arrêt gourmand dans un salon de thé "salao de cha" en portugais.

 

1-IMG 9195

 

.

1-IMG 9194

 

Nazaré est une ville très visitée tout au long de l'année, qui garde encore son caractère particulier malgré un tourisme de masse. Il est bien évident que la petite ville de pêcheurs où les bateaux étaient tirés par des bœufs, les femmes portaient sept jupons, et les hommes le bonnet noir, a disparu pour laisser place à une ville avec un port de pêche moderne et où le tourisme est une activité essentielle. Le nom de la ville vient de Nazareth, ville de Palestine d'où, selon la légende, une statue fut rapportée par un moine au 4ème siècle.

Le 8 septembre est le jour de la fête de Notre Dame de Nazaré.

 

 

1-IMG 9235

 

Sur la plage les femmes font encore sécher les poissons. 

 

1-IMG 9220

 

.

1-IMG 9209

 

.

 

1-IMG 9241

 

Les sardines grillées de mon déjeuner.

 

1-IMG 9248

 

 

Le brouillard sur la plage avant le déjeuner.

 

1-IMG 9232

 

  Le soleil revient et tout change...

 

1-IMG 9260

 

  Le ciel est d'un bleu magnifique.

 

 

1-IMG 9270

 

 

La falaise de Nazaré.

 

1-IMG 9275

 

Dommage, je n'avais pas mon maillot de bain !!!
Le quartier du Sitio est situé sur promontoire rocheux 110 m au-dessus de la partie principale de la ville. 

 

1-IMG 9282

 

Sitio offre des vues magnifiques sur la baie et la plage de Nazaré,

 

1-IMG 9289

 

La procession vient de se terminer, restent qulques pétales de fleurs sur les marches de l'église da Nossa Senhora de Nazaré.

 

1-IMG 9306

 

 La légende raconte qu’en septembre 1182, un matin de brouillard, D. Fuas Roupinho, le gouverneur du château de Porto de Mós, poursuivait un cerf dans la région quand, subitement, l’animal disparut dans l’abîme. Face au péril, le noble chevalier invoqua la protection de la Vierge de Nazaré et le cheval s’arrêta brusquement, sauvant la vie du chevalier. En action de grâces, D. Fuas Roupinho fit bâtir la petite chapelle de la Mémoire. Vénérée depuis cette date, la statue donna son nom à l’endroit – Sítio de Notre Dame de Nazaré.    

 

1-IMG 9308

 

  Le couloir en azulejos mène à la statue de la Vierge située au dessus de l'autel.

 

 

1-IMG 9313

 

.

1-IMG 9314

 

 

.

1-IMG 9326

 

 

.

 

1-IMG 9316

 

 

Des ex votos comme à Fatima, mais ici ils sont anciens et en cire.

 

1-IMG 9321

 

Le monastère de Santa Maria d'Alcobaça, est fondé au XIIe siècle par le roi Alphonse 1er.  Par l'ampleur de ses dimensions, la clarté du parti architectural, la beauté du matériau et le soin apporté à l'exécution, il est considéré comme un chef-d'œuvre de l'art gothique cistercien. Il est déclaré en juillet 2007 comme une des sept merveilles du Portugal.

 

1-IMG 9427

 

.

1-IMG 9363

 

La cheminée monumentale dans la cuisine.

 

1-IMG 9399

 

Dans le réfectoire.

 

1-IMG 9383

 

On trouve dans l’église abbatiale les tombeaux du roi  Pierre 1er  (Pedro I) et sa maîtresse assassinée Inès de Castro.  Très jeune Pedro avait du épouser Constanza, l’infante de Castille. Cette dernière mourut cependant peu après le mariage, ce qui permit à Dom Pedro de s’évader avec sa maîtresse dans la ville de Coimbra. Son père, le roi Alfonso IV, croyant que la famille d’Inês était une menace pour son royaume, la fit assassiner le 7 janvier 1355.  Dom Pedro attendit la mort de son père et se vengea des assassins en leur faisant arracher le cœur en sa présence. Puis, il déclara qu’il avait épousé Inês lors d’une cérémonie secrète précédant son assassinat à Bragança et exhuma le corps de sa maîtresse afin qu’elle fut reconnue comme reine. Il présenta le corps embaumé d’Inês avec une couronne sur la tête et demanda que tous les courtisans s’agenouillent individuellement et baisent la main décomposée de sa reine.

Aujourd’hui, leurs pierres tombales ornementées se font face à l’église d’Alcobaça, de telle manière, dit-on, que le jour du jugement dernier, sa première vision soit celle de sa bien-aimée Inês.

C'est cette histoire qui a inspiré Henry de Montherlant pour sa pièce de théâtre écrite en 1942, "La Reine morte".


Le tombeau d'Inës de Castro.

 

1-IMG 9404

 

Celui de Pedro I. 

 

1-IMG 9409

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 22:30

J'ai apporté quelques modifications à la première version de cet article.

"Coimbra" est  le titre d'un fado de Coimbra,  pour les Portugais  "Avril au Portugal" est complétement inconnu...

 

 

1-IMG 8701

 

 

Aveiro est la "Venise du Portugal", la ville est traversée par des canaux où l'on peut  prendre ses barques colorées.

La vieille gare d'Aveiro est recouverte d'azulejos de paysages et de gens de la région.

 

 

1-IMG 8607

 

une "peixeira" ,  jeune pêcheuse portugaise

 

1-IMG 8626

 

La remontée des barques sur la plage.

 

1-IMG 8639

 

Au marché aux poissons.

 

1-IMG 8667

 

Elle me rappelle "la raie" de Chardin.

 

 

1-Chardin-La-Raie-2

 

J'aime beaucoup les pavés au sol.

 

1-IMG 8690

 

Un palace ancien relais de chasse des rois du Portiugal, dans le parc national de Buçaco aux arbres millénaires et lieu historique de la bataille de Buçaco entre les armées napoléoniennes et les Anglais.

 

1-IMG 8781

 

La bataille de Buçaco fut une bataille de la guerre d'Espagne et du Portugal, disputée par les forces britanniques et portugaises sous le commandement de Wellington le 27 septembre 1810, afin d'arrêter l'avancée des Français commandés par Masséna dans leur troisième tentative d'envahir le Portugal. Les troupes françaises fortement éprouvées lors de cette bataille, croyant tout de même pouvoir atteindre Lisbonne avant eux vinrent s'écraser contre les lignes fortigiées de Torres Vedras, Sujet du film "Les lignes de Wellington" sortit le 21 novembre 2012.

 

1-IMG 8780

 

Coimbra, c'est la plus ancienne université portugaise. Elle compte parmi les plus anciennes d'Europe avec la Sorbonne, Bologne, Oxford ou Salamanque. 

 

1-IMG 8801

 

 

La ville reste peuplée de très nombreux étudiants venus de tout le Portugal y faire leurs études. Ils entretiennent des rituels et des traditions étudiantes, comme celle appelée la «praxe». Le costume traditionnel des étudiants est un complet noir pour les garçons, un tailleur noir pour les filles, tout cela avec une cravate et une cape noires. Plomo a rencontré un sympathique étudiant portant sa cape noire.


1-IMG 8840

 

La cour de l'université.

 

1-IMG 8844

 

Coimbra a son fado, qui est différent de celui de Lisbonne. 

 

1-IMG 8915

 

 

 

1-IMG 8911

 

Fatima devient célèbre en 1917, quand trois jeunes bergers ont été témoins à plusieurs reprise d'une apparition mariale.  Le 13 octobre 1917, 70 000 personnes ont assisté au miracle du soleil tournoyant sur lui-même comme un disque d'argent. La Vierge a également délivré aux trois enfants, le message de Fatima. Ces apparitions ont donné naisssance au sancturaire de Notre-Dame de Fatima, lieu d'un célèbre pèleinage catholique.

 

1-IMG 8921

 

François et Jacinthe Marto, les deux plus jeunes, moururent très tôt respectivement en 1919 et 1920. Ils furent béatifiés par le Pape Jean-Paul II le 19 mai 1989.


1-IMG 9453

 

Lucie Dos Santos la plus âgée, prononça ses vœux en 1928 et eut de nouvelles apparitions de la Vierge Marie en 1925 et 1929. Elle rédigea elle-même son histoire, version officielle des Apparitions de la Vierge de Fatima. Depuis 1946, Lucie résidait au couvent des Carmélites de Coimbra (Portugal). Elle meurt le 14 Février 2005 à l'âge de 97ans.


1-IMG 9451

 

Dans les rues des dizaines de boutiques de souvenirs assez laids.

 

1-IMG 9448

 

On peut acheter des ex-votos en plastique de parties de corps guéries !!! 

 

1-IMG 9456 

 L'ancien sanctuaire sur une immense esplanade.

 

1-IMG 8927

 

Une immense croix près de la nouvelle église qui se situe de l'autre côté de l'esplanade. .

 

1-IMG 8961

 

Dans la nouvelle église. 

 

1-IMG 8943

Les mosaïques.

 

1-IMG 8948

 

Tous les soirs un rosaire international est récité suvi d'une procession.

 

1-IMG 9464

 

 

1-IMG 9012

.

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 20:41

Sur la route vers Porto, visite de l'église de Caxinas, en forme de bateau.

 

1-IMG 8220

 

 

 

 

 

 

Porto

La torre dos clerigos,  il est difficile de ne pas voir cette grande tour semblable à un grand cierge en plein cœur de la ville. Bâtie au XVIIIème siècle dans le plus pur style baroque, la tour de l'Eglise Dos Clerigos, avec 76 mètres de hauteur, est le plus haut clocher du Portugal. Elle offre gracieusement aux courageux une vue panoramique sur toute la ville et elle servit également pendant longtemps de point de repère pour les bateaux.

 

1-IMG 8259

 

Le café au Portugal est très bon et je déguste pour la première fois les délicieux "pastels".

 

1-IMG 8266

 

Sur la place de la cathédrale, le piloris.

 

1-IMG 8286

 

Les azulejos à l'extérieur de la cathédrale, le terme azulejos vient de l'arabe et signifie "pierre polie" et non du portugais ou de l'espagnol "azul" bleu, bien que la couleur bleue est la plus fréquemment utilisée.

 

 

1-IMG 8308

 

Le magasin " A perola do bolhao" à la superbe façade où l'on trouve tous les produits portugais.

 

1-IMG 8343

 

bien sûr la morue...

 

1-IMG 8340

 

.

1-IMG 8338

 

et le cochon de lait rôti...

 

1-IMG 8346

 

Tous les clichés du Portugal, tramway et église recouverte d'azulejos.

 

 

1-IMG 8357

 

Belles couleurs des façades.

 

1-IMG 8375

 

Vues sur le Douro.

 

1-IMG 8393

 

.

1-IMG 8455

 

.

1-IMG 8537

 

Plomo a du mal à faire son choix pendant la dégustation dans les chais du porto Calem. Blanc ?? Rouge ??

 

1-IMG 8529

 

Des jeunes gens plongent d'un des nombreux ponts sur le Douro.

 

1-IMG 8547

 

Retour à l'hôtel à Povoa de Varzim, station balnéaire et port de pêche.

 

1-IMG 8564

 

je n'avais jamais vu de canot sur roulettes !!!!

 

1-IMG 8569

 

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 21:37

Cela fait logtemps que je voulais découvrir le Portugal, le circuit commence au nord de Porto dans la ville de Barcelos d'où sont originaires les fameux coqs symboles du Portugal.

 

 

 

 


La légende du coq de Barcelos : Un jour apparut dans la ville un homme de Galice, sur qui se portèrent on ne sait pour quelles raisons, immédiatement les soupçons. Les autorités l'arrêtèrent sans preuves. L'homme eut beau protester et clamer son innocence, rien n'y fit. Personne ne voulu croire que cet homme se rendait à Saint jacques de Compostelle pour accomplir un vœu, car il était un fervent adorateur du saint que l'on vénérait à Compostelle, ainsi que de Saint Paul et de Notre-Dame. L'homme fut condamné à être pendu ! Au moment où on le conduisait à la potence, il demanda à être remis en présence du juge qui l'avait condamné. L'autorisation lui fut concédée et on l'emmena à la résidence du magistrat, qui était en plein banquet avec quelques amis. L'accusé affirma de nouveau son innocence et devant l'incrédulité des assistants, il montra un coq rôti qui était sur la table et s'exclama: "il est aussi sûr que je suis innocent, qu'il est sûr que ce coq chantera au moment où on me prendra". Cette déclaration ne fit que provoquer les éclats de rire de toute l'assistance; mais personne ne toucha au coq rôti, qui resta donc entier dans son plat. On entraîna alors l'homme vers la potence. Et ce qui semblait impossible arriva ! Au moment où le pèlerin allait être pendu, le coq rôti se dressa sur la table et chanta. Le juge et ses invités restèrent ébahis. Personne ne douta plus de l'innocence du condamné. Le juge couru à la potence et quelle ne fut pas sa stupéfaction quand il vit le pauvre homme la corde au cou, mais le nœud refusant absolument de se serrer! On le délivra immédiatement et on le renvoya en paix. Quelques années plus tard il revint à Barcelos, où il fit ériger un monument en hommage à la vierge et à Saint Jacques. Le Portugal adopta le coq de Barcelos comme symbole, sans doute car ce dernier symbolisait une histoire morale, optimiste et juste.

 

01-IMG 7840

 

Intérieur du Templo do Senhor Bom Jesus da Cruz de Barcelos 


02-IMG 7853

 

 

.03-IMG 7856

 

.04-IMG 7863

 

En 2012 la ville de Guimaraes a le titre de capitale européenne de la culture.  C'est le berceau du royaume du Portugal.

 

05-IMG 7886


Le monastère et le château furent construits au XIè siècle.

Le royaume du Portugal y est proclamé en 1095, la ville restera capitale du Portugal jusqu'en 1260, année du transfert de la cour à Lisbonne, après l'achèvement de la Reconquête en 1252.

 

06-IMG 7888

 

Les hautes cheminées du château.

 

08-IMG 7929

 

 

.07-IMG 7892

 

Je ne me souviens plus du nom de cette reine du Portugal d'origine anglaise...

 

09-IMG 7967

 

Charles Ier du Portugal assassiné à Lisbonne  le 1er février 1908,  Son titre complet : roi de Portugal et des Algraves, de chaque côté de la mer en Afrique, duc de Guinée et de la conquête, de la navigation et du commerce d'Ethiopie, d'Arabie, de Perse et d'Inde par la grâce de Dieu.

 

1-IMG 7941

 

L'ombre des cheminées sur la pelouse.

 

.10-IMG 7984

 

La vielle ville.

 

12-IMG 8018

 

.11-IMG 8016

 

.

13-IMG 8034

 

Premier porto pour Plomo.

 

14-IMG 8035

 

 

Le Sanctuaire du bon Jésus du Mont (Santuário do Bom Jesus do Monte) ou Sanctuaire du bon Jésus de Braga. Panorama sur la ville de Braga, début de la descente de la voie sacrée. 

 

15-IMG 8065

 

La descente se fait par des escaliers en zigzag sur un dénivelé de 116 mètres avec, à chaque palier une chapelle et une fontaine retraçant un des passages de la vie de Jésus. 

 

16-IMG 8086

 

.18-IMG 8096

 

Intérieur d'une des chapelles,

 

20-IMG 8124

 

Fin de cette agréable descente de la voie sacrée.  Les pélerins eux, montent les 600 marches jusqu'au sanctuaire au sommet.

 

19-IMG 8115


Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 21:21

21 août 

 

 

 

 

 

 

Pour aller à Etretat depuis Houlgate il faut prendre le Pont de Normandie à Honfleur dans le Calvados rive gauche au sud pour rejoindre le Havre en Seine-Maritime rive droite au nord. C'est un magnifique pont à haubans enjambant l'estuaire de la Seine. Sa longueur totale est de 2 141,25 mètres dont 856 mètres de travée centrale mesurée entre les deux pylônes. 6,14 millions de véhicules ont emprunté le pont en 2007. Il a été inauguré le 20 janvier 1995. 

 

01-IMG 7302

 

Jolie girouette normande !!

 

02-IMG 7327

 

Naguère modeste village de pêcheurs, Étretat est devenue une station balnéaire de renom. Elle se trouve au nord du Havre, sur le littoral de la Manche en pays de Caux. L'aspect extraordinaire et monumental de ses falaises de craie blanche presque immaculée et ses plages de galets grisâtres en ont fait un des lieux du tourisme international.

 

13-IMG 7593

 

De la plage, vue sur la falaise d'Amont.

 

 

03-IMG 7366

 

Des peintres comme Gustave Courbet, Eugène Boudin ou Claude Monet (tableau ci-dessous) ont beaucoup contribué à sa publicité, en en immortalisant la spécificité. Des écrivains comme Gustave Flaubert et Guy de Maupassant ont été des fidèles du lieu.

 

 

04-IMG 7385

 

La falaise d'Aval et la célèbre aiguille.

 

06-IMG 7403

 

Maurice Leblanc qui y vécut, contribua au mythe entourant le site dans une aventure d' Arsène Lupin intitulée "L'aiguille creuse"  roman de mettant en scène les aventures d'Arsène Lupin gentleman-cambrioleur.  On aperçoit des touristes sur le haut de la falaise.

 

07-IMG 7404

 

 

08-IMG 7469

 

La Manneporte, il y a un kayak jaune sur la plage en bas à gauche...

 

09-IMG 7478

 

 

10-IMG 7481

 

J'aime les reflets des falaises dans le bleu de la mer.

 

12-IMG 7505

 

L'existence de trois arches successives : la porte d'Amont, la porte d'Aval et la Manneporte ne serait pas liée à l'origine à l'érosion marine, mais à l'action d'une rivière côtière parallèle à la plage qui aurait creusé son lit dans la falaise avant le recul de celle-ci, matérialisé par l'« aiguille » d'un calcaire plus dur qui a empêché sa dissolution définitive, d'où cette extraordinaire création de la nature. Ensuite, la mer aurait élargi les arches, donnant au site l'aspect qu'on lui connaît aujourd'hui. Une autre hypothèse met au contraire l'accent sur une érosion différentielle par la mer, qui serait liée aux caractéristiques de dureté de la craie locale dans la zone de balancement des marées.

 

11-IMG 7486

 

Houlgatedu 23 août au 25 août. Une 16è édition très Swing pour ces 3 jours dédiés au Jazz. 12 groupes de jazz différents pour 3 jours de concerts gratuits offerts par la ville de Houlgate.

 

 

 

 

 

 

09-IMG 7662

 

En été le marché couvert est ouvert tous les jours.

 

14-IMG 7681

 

10-IMG 7676

 

Spécialités normandes.

 

12-IMG 7678

 

13-IMG 7679

 

Je fais une cure de fraises tout l'été !!!

 

11-IMG 7677

 

Partout dans Houlgate des musiciens donnent des concerts.

 

15-IMG 7680

 

En 1859, le Grand Hôtel est construit, comprenant 120 chambres, Après la première guerre mondiale, il ne retrouvera jamais plus son niveau de luxe de la Belle Epoque,  Ce sont maintenant des appartements de vacances.

 

04-IMG 7641

 

Bleu et orange, les couleurs des parasols sur la plage.

 

 

05-IMG 7642

 

06-IMG 7643

 

07-IMG 7654

 

La rue des Bains est piétonne pendant les trois jours du Festijazz.

 

08-IMG 7658

 

16-IMG 7682

 

 

18-IMG 7690

 

 

17-IMG 7689

 

 

19-IMG 7693

 

La journée s'échève par le concert de 21 heures devant la Casino sur la digue. Le ciel avait une belle couleur.

C'est la fin des vacances d'été pour Plomo...

 

03-IMG 7610

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 21:56

 

 

 

 

 

 

Départ vers Saint-Malo, sur la route à côté du Pegasus bridge, le café Gondrée, première maison libérée en France dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les planeurs de la 6ème division aéroportée britannique se posent à proximité du pont de Bénouville et libèrent la maisonnette.

 

 

1-IMG 6295-001

 

La ville de Saint-Malo doit son nom à Malo (Mac Low), un saint irlandais qui débarqua au VIe siècle à Cézembre, une île côtière située dans la baie.

La rue du Chat qui danse porte selon toute vraisemblance le nom d’une enseigne désignant quelque lieu de rendez-vous recherché par les marins profitant d’une escale pour festoyer après de longues traversées en mer.
La tradition orale veut que l’animal de cette enseigne rappelle l’unique victime de l’explosion de la machine infernale lors du bombardement  anglo-hollandais du 26 au 29 novembre 1693.


 

1-IMG 6470

 

Sur les remparts

 

1-IMG 6354

 

 

1-IMG 6520

 

 

 

Départ de Saint-Malo pour la remontée de la Rance en vedette jusqu'à Dinan.

 

1-IMG 6592

 

Solidor, forteresse élancée vers le ciel, est la gardienne de la ville de Saint-Servan depuis 1382. Son nom, issu du breton "steir dor" signifie "porte de la rivière". Construite par Jean IV de Bretagne pour contrôler Saint-Malo, défendre l'estuaire ... et empêcher le commerce avec Dinan, elle fut transformée par la suite en prison. 

 

1-IMG 6637

 

Paraissant sortir d'un roman de cape et d'épée, le château de Péhou sur la Pointe du Chêne Vert, presqu'île s'engouffrant dans le lit de la Rance l'obligeant ainsi à une courbe vers l'Est, est un obstacle naturel dont les hommes se sont servis au cours des siècles.

Déjà avant notre ère, des marchands Phéniciens en foulèrent le sol et certains indices laissent à penser qu'ils en firent une halte privilégiée, voire même un comptoir commercial.

 

1-IMG 6769

 

Henri Kowalski, ultime élève de Chopin et compositeur prolifique (écrivant plus de 300 oeuvres), après avoir parcouru le monde où il s'était taillé une belle réputation, épousa la propriétaire du domaine qui comprenait encore le château mitoyen de Vaux-Carheil. Habitué aux fastes, il mena grand-train, organisant fêtes et réceptions au château. Quoique enseignant également la musique au collège de Dinan, ses revenus et la fortune de son épouse fondirent comme neige au soleil. La malheureuse, qui lui survécut, mourut dans la misère en 1924 ...

 

1-IMG 6770

 

Le Bachi-Bouzouk est mis à l'eau... sûrement des admirateurs du capitaine Haddock, l'ami de Tintin, car l'une des insultes préférée du capitaine est "bachi-bouzouk". Cette expression, d'origine turque, signifie littéralement "tête déréglée" (soit crétin ou abruti). Cela désigne également des cavaliers mercenaire de l'Empire Ottoman, qui étaient souvent incontrôlables.

 

1-IMG 6890

 

  Magnifique envol !!!

 

1-IMG 6810-002

 

Arrivée dans le port de Dinan, 

 

1-IMG 6934

 

La ville est fortifiée par une ceinture de remparts et était défendue par un imposant château. Point stratégique pour la circulation entre la Normandie et la côte nord de Bretagne. Dinan est construite principalement sur une colline. La cité domine de 75 m la Rance qui coule vers le nord pour se jeter dans la Manche entre Saint-Malo et Dinard. 

 

1-IMG 6940

 

De la ville haute vue sur le port en contrebas.

 

1-IMG 6987

 

En 1357, lors de la guerre de succession du Duché de Bretagne, Bertrand du Guesclin et son frère Olivier défendent avec succès la ville assiégée par les troupes anglaises et les Bretons fidèles à Jean de Montfort. Il affronte Thomas de Cantorbéry en combat singulier et en sort vainqueur. 

Reflets colorés sur le sol de la basilique Saint-Sauveur de Dinan où se trouve une urne contenant son coeur.

 

 

 

1-IMG 6993

 

Dans la vieille ville moyenâgeuse. 

 

1-IMG 7010

 

 

1-IMG 7011

 

 

1-IMG 7012

 

1-IMG 7022

 

Je suis bien en Bretagne !!!

 

1-IMG 7029

 

Plomo le Breton ne peut pas résister à un kouign-amann. En Breton, kouign signifie « gâteau » et amann, « beurre ». Il est fabriqué à partir de pâte à pain, recouverte d'un mélange beurre-sucre puis repliée à la manière d'un feuilletage. Lors de la cuisson, le mélange beurre-sucre fond, imprègne la pâte à pain et suinte à travers le feuilletage pour caraméliser, ce qui confère au kouign-amann une texture fondante à l'intérieur, et croustillante et caramélisée à l'extérieur.

 

1-IMG 6566

 

La journée s'achève, à nouveau passage du pont basculant  Pegasus bridge, initialement construit en 1935, l'original a été remplacé par un nouveau pont similaire mais plus long en 1994 (afin d'accroître la largeur praticable du canal et inauguré lors du cinquantième anniversaire du  débarquement de Normandie).

L'ancien pont reste visible au musée du Pegasus Bridge situé entre le canal et  l'Orne. Il doit ce surnom à un commando de la 6th Airborne Division  (6e division aéroportée britannique) qui portait le nom et l'emblème du Pégase et qui était chargé de sa prise sous les ordres du major John Howard dans la nuit du 6 juin 1944.

Les soldats, amenés par trois planeurs Horsa le 6 juin 1944 un peu après minuit, réussirent à se poser à environ deux cents mètres du pont sans se faire remarquer par l'armée allemande. Trois autres planeurs portaient un autre commando qui devait prendre le deuxième pont sur l'Orne. Chaque planeur était composé d'environ trente hommes. Pendant cette opération, un soldat britannique fut tué et quatorze furent blessés.

Le piper Bill Millin (1922-2010) a participé à la prise du pont, armé de sa seule cornemuse écossaise, parmi les renforts débarqués à Sword Beach.  Des soldats alliés ont traversé le pont au son de son instrument peu après 12h. Le feu entre les soldats britanniques et allemands cessant, puis reprenant à son passage au son de

"Blue bonnets over the border".


Cet épisode a été immortalisé par le film "Le Jour le plus long".  La légende veut que les commandos anglais qui tenaient le pont entendirent la cornemuse de Millin avant de voir les renforts arriver. Comme les soldats allemands l'attestèrent plus tard, ils ne le visèrent pas, le pensant fou.  

Depuis la Première Guerre mondiale, un décret de l'English War Office, le ministère de la Guerre britannique, interdisait aux joueurs de cornemuses (aussi appelés pipers) d'utiliser leur instrument en première ligne pour des raisons évidentes de tactique et limitait leur emploi aux lignes arrières. Néanmoins, le Jour J, Lord Lovat demande à son piper de jouer pour encourager ses hommes dans la bataille, dans la pleine tradition des combattants écossais. Fraser lui précise : "Vous et moi sommes des Ecossais et c'est un décret anglais, cela ne nous concerne pas !" Millin s'exécute et prend sa cornemuse sous son bras au moment d'emprunter la rampe de débarquement, face aux défenseurs allemands de la plage de Sword, à Riva-Bella..

 

1-IMG 7049

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 22:10

 

 

 

 

 

14 juillet, je ne manque pas le défilé sur les Champs-Elysées à la télévision !!!

 

1-IMG 5347

 

1-IMG 5349

 

 

L'ombre du violoniste Dimitri Artemenko,  pendant le spectacle "Danube".

 

1-IMG 5424

 

 

19 juillet visite de la cité de la mer à Cherbourg.

 

1-IMG 5527

 

 

Le Redoutable,le plus grand sous-marin visitable au monde se trouve maintenant en cale sèche à la Cité de la Mer à Cherbourg,  Ce sous-marin nucléaire français, totalise 90 000 heures de plongée et 1 270 000 kilomètres parcourus, soit l’équivalent de 32 fois le tour de la Terre ! 1er de la série des 6 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE), il avait été lancé le 29 mars 1967 à Cherbourg par le Général de Gaulle.

C'est un engin long de 128 mètres et d’un diamètre de 10,60 mètres. Il avait deux équipages de 135 hommes qui se relayaient 24h/24h pour des missions de 70 jours.   

 

1-2-IMG 5559

 

 

1-IMG 5535

 

  l'hélice ressemble à une sculpture moderne...

 

3-IMG 5721

 

 

6-IMG 5784

 

8-IMG 5795

 

 

4-IMG 5771

 

9-IMG 5859

 

La Cité de la Mer était avant l'ancienne gare maritime des transatlantiques. La magnifique salle des bagages.

Elle accueille à nouveau depuis 2004 les passagers des plus belles escales cherbourgeoises, qui débarquent directement dans les passerelles d’époques puis découvrent cette magnifique salle toujours équipée de ses comptoirs en bois exotiques. Ces comptoirs étaient les anciens guichets des douaniers où l’on contrôlait les papiers d’identité et bagages… Les voyageurs arrivant du monde entier accèdent donc encore aujourd’hui à un endroit unique qu’ils ne peuvent retrouver nulle part ailleurs, une salle témoin du luxe de la grande époque des compagnies transatlantiques.

 

 

 

1-IMG 5614

 

281 passagers ont embarqué à Cherbourg le 10 avril 1912 sur le Titanic, le Queen  Mary 2 y fait maintenant escale.

 

1-IMG 5575

 

Le très bel aquarium.

 

1-IMG 5909

 

 

1-IMG 5952

 

Le plus pittoresque des ports de la Hague est sans nul doute Port Racine à Saint-Germain-des-Vaux, réputé pour être le plus petit de France avec une surface de 800m2 et une ouverture entre les deux jetées de 11m.

Il porte le nom d'un des derniers corsaires qui sévissaient sous Napoléon, le capitaine François-Médard Racine  (1774-1817). 

 

1-IMG 6088

 

 

à la pointe nord-ouest du Cotentin,  le cap de la Hague.

 

1-IMG 6116

 

 

1-IMG 6115

 

 

 

27 juillet ouverture de Jeux Olympiques à Londres. J'adore l'humour d'Elizabeth II qui se fait escorter par James Bond !!!

 

 

1-IMG 6172

 

1-IMG 6235-001

 

 

 

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article