Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 23:24

Si vous voulez écouter La valse de l'Empereur cliquez ci-dessus

Visite du Trésor du Palais impérial dans la partie la plus ancienne du Palais impérial (XIIIe), on peut voir la Couronne impériale du Saint Empire romain germanique (vers 962) et la Couronne impériale d'Autriche (1602), mais aussi le Trésor de Bourgogne (XVe s.) et celui de l'ordre de la Toison d'or.

Carte de l'empire austo-hongrois 1804-1918.

1-IMG 2211

 

 

Portrait idéalisé de l'empereur Sigismund  (1361-1437) portant la couronne impériale. copie d'un tableau de Dürer.

 

1-IMG 2284

 

La couronne impériale 960-980, croix 1020, arche 1024-1039.

 

 

1-IMG 2290

 

 

1-IMG 2286

 

L’Ordre de la Toison d’Or est peut être le plus glorieux et le plus illustre ordre de chevalerie de tous les temps. Il fut fondé par Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, le 10 janvier 1430, le jour de son mariage avec l’infante Isabelle de Portugal, célébré à Bruges.

. La souveraineté de l’ordre, propriété héréditaire de la maison de Bourgogne, était, à défaut d’héritier mâle, destiné à l’époux de l’héritière jusqu’à la majorité du fils de celle-ci. La grande maîtrise passa donc à la maison d’Autriche par mariage, en 1477, de Marie, fille de Charles le Téméraire, dernier duc de Bourgogne, avec l’archiduc (ultérieurement empereur) Maximilien d’Autriche.

. L’ordre habsbourgeois de la Toison d’Or, a conservé le caractère religieux et aristocratique que lui avait donné Philippe le Bon. Son rituel d’admission demeure, avec adoubement par l’épée et serment solennel. Le français est resté sa langue officielle.

. L’ordre espagnol a pour grand maître le roi d’Espagne. Le décret royal de 1847 qui en fit un ordre royal à caractère civil précisait qu’il continuerait à être régi par ses anciens statuts, avec les mêmes insignes et le même nombre de chevaliers.

. Il existe donc aujourd’hui deux ordres de la Toison d’Or, chacun contestant la légitimité de l’autre (la France ne reconnaît que l’ordre de la branche espagnole).

 

Détail d'un collier de l'ordre de la Toison d'Or.

 

 

1-IMG 2330

 

 

 

1-IMG 2331

 

François 1er d'Autriche (1768-1835) le beau-père de Napoléon.

 

1-IMG 2199

 

Il porte la couronne de Rodolphe II qui deviendra plus tard la couronne de l'empire d'Autriche (faite à Prague en 1602) ainsi que le globe impérial et  le sceptre, symboles de l'Empire héréditaire d'Autriche.

 

1-IMG 2200

Manteau de l'Empereur d'Autriche 1830.

 

1-IMG 2202

 

Une "corne de licorne" en fait une défense de narval de deux mètres de long .

 

1-IMG 2257-001

 

Le berceau du Roi de Rome, fait à Paris en 1811.

 

1-IMG 2218

 

Vêtement liturgique de l'ordre de la Toison d'Or (Bourgogne vers 1425-1440).

 

 

1-IMG 2342

 

Superbe travail de broderie.

 

1-IMG 2339

 

 

Le Heldenplatz (Place des Héros) est une place historique de Vienne.

Elle a été construite sous le règne de l'empereur François-Joseph, comme partie de ce qui devait devenir le Kaiserforum (forum impérial) qui ne fut jamais terminé. Elle se situe au sud-ouest du Ring.  On trouve deux statues équestres du prince Eugène de Savoie et de l'archiduc Charles Louis d'Autriche,  dont l'histoire a retenu les talents de grands chefs militaires.

 

1-IMG 2365

 

D'importants événements y eurent lieu de ce balcon, tels que la proclamation par Adolf Hitler de l'Anschluss  (annexion de l’Autriche par l'Allemagne nazie le 12 mars 1938) au Troisième Reich. Le 15 mars au milieu de la matinée, près de 250 000 personnes se dirigent vers la Heldenplatz, où Hitler arrive vers onze heures et reçoit un accueil triomphal de la foule rassemblée sur la place et à ses alentours.

J'ai pris les trois photos suivantes sur mon écran de télévision.


 

3-IMG 3158

 

6-IMG 3160

 

 

1-IMG 3155

 

Dans le MuseumsQuartier, à proximité du Palais impérial, visite du Musée Leopold qui présente des centaines de chefs-d'œuvre de l'art moderne autrichien, réunis par le docteur Rudolf Leopold, un amoureux passionné des arts. 

 

 

1-IMG 2376

 

 

1-IMG 2375

 

Le Musée Leopold renferme des trésors uniques de l'Art nouveau viennois, de la Wiener Werkstätte et de l'expressionisme. Musée le plus visité de la plateforme culturelle la plus en vue de la ville, le Museumsquartier, il abrite la principale et la plus importante collection des œuvres d'Egon Schiele au monde ainsi que des chefs d'œuvres du fondateur de la Sécession viennoise, Gustave Klimt.

 

1-IMG 2382

 

1-IMG 2384

 

Photographie d'Emilie Flögle, le grand amour de Klimt et sa compagne jusqu'à la fin de sa vie. Elle tient une boutique de haute couture et il invente pour elle tissus et modèles.

 

1-IMG 2409

 

Rapprochement entre Egon Schiele à gauche, James Dean à droite

 

1-IMG 2426   1-IMG 2425

 

 

Egon Schiele Mère et enfant 1912

 

1-IMG 2431

 

  Egon Schiele Krumau sur la Moldau 1914

 

1-IMG 2433

 

 

1-IMG 2399

 

 

1-IMG 2404

 

Statue de Mozart.

 

1-IMG 2463

 

L'Albertina, le plus important des hôtels particuliers des Habsbourg, occupe une situation majestueuse sur l'une des dernières fortifications de Vienne, à la pointe sud du Palais Impérial. L'union d'Albert de Saxe-Teschen, gendre de l'Impératrice Marie-Thérèse et de Marie-Christine fut parfaitement heureuse, les deux époux partageant entre autres la même passion pour le dessin. Albert réunit à partit de 1776 une des plus belles collections de dessins au monde, plus d'un million d'estampes et 60 000 dessins. Des œuvres réputées, telles que le « Lièvre » de Dürer. Conservées dans le célèbre musée viennois qui porte leur nom, l'" Albertina". Marie-Christine peignait de son côté en amateur des aquarelles et des gouaches conservées aujourd'hui à Schönbrunn, qui nous permettent de contempler la famille impériale dans l'intimité.

La nouvelle exposition présente des chefs-d’œuvre de l’art moderne allant de Monet à Picasso, ainsi que des chefs-d'œuvre de Schiele, Cézanne, Klimt, Kokoschka, et bien d'autres qui font l'objet d'expositions temporaires régulières. On ne peut malheureusement pas prendre de photos.

  1-IMG 0293

 

Kees van Dongen, femme aux yeux bleus 1908

 

1-IMG 3141

 

Le lièvre de Dürer nous avait posé un lapin, il n'était pas exposé.

 

1-IMG 3143

 

Manteaux de pluie  pour chevaux viennois....

 

1-IMG 2480

 

Saucisses XXL au café Mozart avant un concert au Kursalon.

 

1-IMG 2519

 

1-IMG 2537

 

Partition du "Beau Danube bleu".

 

1-IMG 2749

 

Et verre de Sekt pour une dernière soirée à Vienne..

 

1-IMG 2563

Partager cet article

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

josette.marie.over-blog.fr 19/06/2012 14:02

Bravo ... le blog agrémenté d'une musique appropriée c'est
super , avec les grandes images c'est réussi...

dwella 12/06/2012 19:30

Les pierres précieuses sont de toute beauté.