Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 21:56

 

 

 

 

 

 

Départ vers Saint-Malo, sur la route à côté du Pegasus bridge, le café Gondrée, première maison libérée en France dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, les planeurs de la 6ème division aéroportée britannique se posent à proximité du pont de Bénouville et libèrent la maisonnette.

 

 

1-IMG 6295-001

 

La ville de Saint-Malo doit son nom à Malo (Mac Low), un saint irlandais qui débarqua au VIe siècle à Cézembre, une île côtière située dans la baie.

La rue du Chat qui danse porte selon toute vraisemblance le nom d’une enseigne désignant quelque lieu de rendez-vous recherché par les marins profitant d’une escale pour festoyer après de longues traversées en mer.
La tradition orale veut que l’animal de cette enseigne rappelle l’unique victime de l’explosion de la machine infernale lors du bombardement  anglo-hollandais du 26 au 29 novembre 1693.


 

1-IMG 6470

 

Sur les remparts

 

1-IMG 6354

 

 

1-IMG 6520

 

 

 

Départ de Saint-Malo pour la remontée de la Rance en vedette jusqu'à Dinan.

 

1-IMG 6592

 

Solidor, forteresse élancée vers le ciel, est la gardienne de la ville de Saint-Servan depuis 1382. Son nom, issu du breton "steir dor" signifie "porte de la rivière". Construite par Jean IV de Bretagne pour contrôler Saint-Malo, défendre l'estuaire ... et empêcher le commerce avec Dinan, elle fut transformée par la suite en prison. 

 

1-IMG 6637

 

Paraissant sortir d'un roman de cape et d'épée, le château de Péhou sur la Pointe du Chêne Vert, presqu'île s'engouffrant dans le lit de la Rance l'obligeant ainsi à une courbe vers l'Est, est un obstacle naturel dont les hommes se sont servis au cours des siècles.

Déjà avant notre ère, des marchands Phéniciens en foulèrent le sol et certains indices laissent à penser qu'ils en firent une halte privilégiée, voire même un comptoir commercial.

 

1-IMG 6769

 

Henri Kowalski, ultime élève de Chopin et compositeur prolifique (écrivant plus de 300 oeuvres), après avoir parcouru le monde où il s'était taillé une belle réputation, épousa la propriétaire du domaine qui comprenait encore le château mitoyen de Vaux-Carheil. Habitué aux fastes, il mena grand-train, organisant fêtes et réceptions au château. Quoique enseignant également la musique au collège de Dinan, ses revenus et la fortune de son épouse fondirent comme neige au soleil. La malheureuse, qui lui survécut, mourut dans la misère en 1924 ...

 

1-IMG 6770

 

Le Bachi-Bouzouk est mis à l'eau... sûrement des admirateurs du capitaine Haddock, l'ami de Tintin, car l'une des insultes préférée du capitaine est "bachi-bouzouk". Cette expression, d'origine turque, signifie littéralement "tête déréglée" (soit crétin ou abruti). Cela désigne également des cavaliers mercenaire de l'Empire Ottoman, qui étaient souvent incontrôlables.

 

1-IMG 6890

 

  Magnifique envol !!!

 

1-IMG 6810-002

 

Arrivée dans le port de Dinan, 

 

1-IMG 6934

 

La ville est fortifiée par une ceinture de remparts et était défendue par un imposant château. Point stratégique pour la circulation entre la Normandie et la côte nord de Bretagne. Dinan est construite principalement sur une colline. La cité domine de 75 m la Rance qui coule vers le nord pour se jeter dans la Manche entre Saint-Malo et Dinard. 

 

1-IMG 6940

 

De la ville haute vue sur le port en contrebas.

 

1-IMG 6987

 

En 1357, lors de la guerre de succession du Duché de Bretagne, Bertrand du Guesclin et son frère Olivier défendent avec succès la ville assiégée par les troupes anglaises et les Bretons fidèles à Jean de Montfort. Il affronte Thomas de Cantorbéry en combat singulier et en sort vainqueur. 

Reflets colorés sur le sol de la basilique Saint-Sauveur de Dinan où se trouve une urne contenant son coeur.

 

 

 

1-IMG 6993

 

Dans la vieille ville moyenâgeuse. 

 

1-IMG 7010

 

 

1-IMG 7011

 

 

1-IMG 7012

 

1-IMG 7022

 

Je suis bien en Bretagne !!!

 

1-IMG 7029

 

Plomo le Breton ne peut pas résister à un kouign-amann. En Breton, kouign signifie « gâteau » et amann, « beurre ». Il est fabriqué à partir de pâte à pain, recouverte d'un mélange beurre-sucre puis repliée à la manière d'un feuilletage. Lors de la cuisson, le mélange beurre-sucre fond, imprègne la pâte à pain et suinte à travers le feuilletage pour caraméliser, ce qui confère au kouign-amann une texture fondante à l'intérieur, et croustillante et caramélisée à l'extérieur.

 

1-IMG 6566

 

La journée s'achève, à nouveau passage du pont basculant  Pegasus bridge, initialement construit en 1935, l'original a été remplacé par un nouveau pont similaire mais plus long en 1994 (afin d'accroître la largeur praticable du canal et inauguré lors du cinquantième anniversaire du  débarquement de Normandie).

L'ancien pont reste visible au musée du Pegasus Bridge situé entre le canal et  l'Orne. Il doit ce surnom à un commando de la 6th Airborne Division  (6e division aéroportée britannique) qui portait le nom et l'emblème du Pégase et qui était chargé de sa prise sous les ordres du major John Howard dans la nuit du 6 juin 1944.

Les soldats, amenés par trois planeurs Horsa le 6 juin 1944 un peu après minuit, réussirent à se poser à environ deux cents mètres du pont sans se faire remarquer par l'armée allemande. Trois autres planeurs portaient un autre commando qui devait prendre le deuxième pont sur l'Orne. Chaque planeur était composé d'environ trente hommes. Pendant cette opération, un soldat britannique fut tué et quatorze furent blessés.

Le piper Bill Millin (1922-2010) a participé à la prise du pont, armé de sa seule cornemuse écossaise, parmi les renforts débarqués à Sword Beach.  Des soldats alliés ont traversé le pont au son de son instrument peu après 12h. Le feu entre les soldats britanniques et allemands cessant, puis reprenant à son passage au son de

"Blue bonnets over the border".


Cet épisode a été immortalisé par le film "Le Jour le plus long".  La légende veut que les commandos anglais qui tenaient le pont entendirent la cornemuse de Millin avant de voir les renforts arriver. Comme les soldats allemands l'attestèrent plus tard, ils ne le visèrent pas, le pensant fou.  

Depuis la Première Guerre mondiale, un décret de l'English War Office, le ministère de la Guerre britannique, interdisait aux joueurs de cornemuses (aussi appelés pipers) d'utiliser leur instrument en première ligne pour des raisons évidentes de tactique et limitait leur emploi aux lignes arrières. Néanmoins, le Jour J, Lord Lovat demande à son piper de jouer pour encourager ses hommes dans la bataille, dans la pleine tradition des combattants écossais. Fraser lui précise : "Vous et moi sommes des Ecossais et c'est un décret anglais, cela ne nous concerne pas !" Millin s'exécute et prend sa cornemuse sous son bras au moment d'emprunter la rampe de débarquement, face aux défenseurs allemands de la plage de Sword, à Riva-Bella..

 

1-IMG 7049

Partager cet article

Repost 0
Published by plomo-et-moi - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

dwella 20/12/2012 20:47

Toujours aussi intéressant.

plomo-et-moi 20/12/2012 21:29



Merci !!! que pensez-vous des musiques ??